Vivre pour lutter et se montrer au monde ??? 9 décembre 2022

Préserver son identité et son patrimoine culturel malgré la colonisation, ou résister en continuant simplement à vivre, est le thème principal du court métrage documentaire poignant « Silkthreads », de la réalisatrice palestinienne Walaa Saada, proposé au public du FICA, le 7 décembre 2022, au Palais de la culture Moufdi-Zakaria, dans le programme du focus « Cinéma, Mémoire et Résistance ». Des chants traditionnels de femmes, une ferme et quelques poules à nourrir, une routine quotidienne bien huilée et surtout une obstination à célébrer un mariage comme tous les autres avec la même robe traditionnelle à chaque cérémonie. C’est là un acte de résistance des plus admirables dont font preuve de vieilles femmes palestiniennes qui mettent un point d’honneur à transmettre. Le film s’articule autour d’un élément important du patrimoine culturel palestinien, la robe traditionnelle de la mariée tissée par les femmes, et transmise de génération en génération comme un acte de résistance identitaire.

Dans ce pays étranglé de toutes parts, autant sur le plan géographique, militaire qu’identitaire, le réalisateur Mehdi Belmechri donne la parole dans « Voix Murées » aux femmes palestiniennes de plusieurs générations et de milieux sociaux différents pour restituer leur quotidien, leur résistance, leur désir de liberté et leurs rêves. Il donne également un fidèle aperçu de ce que veut dire être « femme, instruite et militante » dans un milieu réputé masculin et où la femme est la première victime et la plus visée par les exactions coloniales au quotidien. Abordant dans le sens de ce panel de discussion qui avait, dans la matinée, longuement évoqué la problématique de l’accès aux archives et de l’exploitation des images dans le cinéma engagé ou de résistance, la réalisatrice italienne Monica Maurer propose dans « Yom EL Ard » (Le jour de la terre), un court métrage documentaire réalisé à partir de montage de nombreuses images d’archives produites par des Palestiniens sur la Palestine lors des 37 dernières années. Un travail de collecte de très longue haleine dans différents pays principalement européens qui vise à contrecarrer les efforts de l’administration coloniale et des institutions israéliennes qui s’efforcent de faire disparaître ce fonds documentaire et veiller à ce qu’il ne soit jamais diffusé.