Projection du film documentaire « Stranger in Paradise» de Guido Hendrikx 17 novembre 2019

La quête des réfugiés

Le film documentaire de fiction «  Stranger in Paradise » du réalisateur néenrlandais Guido Hendrikx, a été projeté,  hors compétition, vendredi soir, à la sale Ibn-Zeydoun de Riad El-Feth.

D’une duré de 1h17, ce film documentaire qui a été réalisé en 2016, revient sur la situation tragique des réfugiés. Le cinéphile est dès l’entame du film, convier à prendre connaissance d’image d’archives en noir et blanc où’ l’on aperçoit l’arrivée d’un train en gare, regorgeant de refugiés venant du Sud. Le décor est par la suite planté tout au long du film dans une salle de classe en Sicile. Un professeur-muni d’une feuille et d’un stylo- est assis  dans son bureau. Il a une tâche  des plus difficiles ; Il réceptionne les nombreuses demandes  des  réfugiés, venus directement d’Afrique et du Moyen- Orient. Le  professeur ne va pas du dos de la cuillère pour expliquer aux refugiés que leur présence est mal perçu  par les Européens. Par  la suite d’autres professeurs se relayeront pour expliquer la future situation dans laquelle seront confrontes ces jeunes refugies. Certains d’entres eux sont taciturnes et sévères. Ils exhortent leu interlocuteurs de repartir dans leurs pays d’origines. D’autres empruntent un ton plutôt conciliant. Comme en témoigne les propos de cet enseignant  qui explique  avec beaucoup de philosophie que l’Europe a besoin de gens courageux.  Ces interrogatoires bien musclés suscitent de la crainte et de la peur auprès de ces sans-papiers mais n’empêche qu’ils donnent un large aperçu de leur rêve et de leur appréhension.

En  somme le réalisateur néerlandais  Guido Hendrikx propose d’une façon magistrale une  réflexion sur la relation de pouvoir entre les européens et  les réfugiées. Il est à noter qu’après son avant-première mondiale à l’IDFA, le film a  remporté le prix du Meilleur documentaire néerlandais, Stranger in Paradise. Il a aussi participé à 25 festivals et a remporté des prix à Tirana, Tbilissi et Madrid, entre autres. Le film a également reçu le prix Hera ‘’Nouveaux Talents’’ du dernier Festival du film Biografile de Bologne, Italie.