Projection du film documentaire « Free men » 5 décembre 2018

Une sempiternelle quête de la liberté 

Ayant comme principale thématique la liberté comme l’indique si bien le titre, « Free men » de la cinéaste suisse Anne-Frédérique Widmann a été projeté mercredi 05 décembre 2018 à la salle Ibn Zeydoun, dans la section film documentaire de la compétition officielle du 9e FICA.

Le film relate le quotidien douloureux de Kenneth Reams, un détenu afro-américain condamné à mort dans une prison à l’Arkansas aux Etats-Unis. Payant cash une erreur de fréquentation d’enfance, il a été condamné pour meurtre pour une balle qu’il n’a pas tiré, devenant le plus jeune détenu de l’Arkansas. Lors du procès, onze procureurs blancs et un afro-américain le condamnent à mort dans une prison de haute sécurité, lui laissant toute une vie à penser.

Il développe une sensibilité à l’art, il se met à dessiner, à peindre et à fabriquer des objets de haute facture en utilisant des moyens précaires. Son succès lui donne une notoriété internationale, ses œuvres sont exposées dans un prestigieux temple à Londres, en présence d’Isabelle, sa copine française qui continue de le soutenir.

La cinéaste a donné la parole à sa famille proche, à son avocat considéré comme le meilleur du système judiciaire pénal américain, à des anciens détenus l’ayant connu dans les geôles à travers un road-movie entre Montpellier et l’Arkansas, en passant par Londres et d’autres villes des Etats-Unis. Après plusieurs demandes de ré-examination du dossier de Kenneth Reams, sa sentence n’a pas été allégée, ce qui poussa Isabelle à se marier avec lui dans le milieu carcéral, dans une conjoncture particulière ; huit condamnés à mort devaient être exécutés pendant les dix jours du mariage.

Le film apporte une profonde réflexion sur les frontières entre la vie et la mort, l’espoir et le désespoir, la liberté et l’emprisonnement. Une ode à la vie à travers une note d’espoir dans des conditions extrêmes. Le parcours de Kenneth Reams a été le noyau de la création d’une association baptisée  » Who Decides « , elle soutient les condamnés à mort et oeuvre pour abolir ce jugement médiéval.