Projection de « l’Ecole du changement » de Chergui Kharroubi et Anne Shiffman Comment forger l’adulte libre de demain 15 novembre 2019

Une école qui réinvente le système éducatif et permet à des enfants d’apprendre enfin tout en s’épanouissant  grâce à des professeurs résolument passionnés et engagés.

La salle Ibn Zeydoun abrité mardi dernier en compétition au Fica un très beau documentaire signé Chargui Kharoubi et Anne Shiffman. Ce film prend racine dans  la région de Molenbeek, à Bruxelles où  deux équipes de professeurs passionnés ont décidé de sortir du carcan de l’enseignement classique et lancer une « école de pédagogie active ». Un enseignement qui se veut plus proche de ses élèves, accès sur la liberté d’expression et l’échange dynamique.  Ces enseignants ont ouvert deux sections. L’une  à Molenbeek avec l’Ecole Secondaire Plurielle Maritime. L’autre à Saint-Gilles avec le Lycée Intégral Roger Lallemand. Deux écoles publiques ouvertes à tous mais prodiguant un système éducatif différent de ce qui s’applique  ailleurs.  Le changement est notable. Le sens de l’engagement chez ces professeurs est patent tout comme celui des élèves qui prennent ainsi plaisir à étudier en s’investissant à fond dans ce qu’ils font car soutenu par des âmes bienveillantes,  sans négliger la part d’exigence qu’il faut pour avancer : Progresser dans ses études et ce, sans donner de notes en fin de cursus mais un état d’évaluation  concret qui permet d’analyser le parcours de l’élève. Du jamais vu, tout est enseigné de façon à susciter la curiosité et fortifier l’imagination des élèves grâce notamment à  des sorties de classes pour se familiariser avec l’architecture des monuments des époques historiques que l’on va étude jusqu’aux cours de physique, mathématique et menuiserie combinés pour bien comprendre aussi la technologie et vice versa. Le sens de la démocratie sociale prend tout son sens ici. Le temps passe, et de l’hiver, on arrive à l’été.  Nous assistons à la  deuxième année de vie de ces deux écoles où l’on rencontre des professeurs plus épanouis et encore plus sures d’eux –mêmes, des élèves épanouis, grâce à ces deux écoles qui poussent  à l’éveil de l’enfant au lieu de l’abêtir  comme il est souvent le cas dans l’ancien système éducatif classique qui se base beaucoup plus sur le matraquage de cours et de leçons à apprendre par chœur. La caméra du réalisateur se familiarise très bien avec l’espace et saisi différents moments de la journée  dans les classes de cette école. Les enfants avouent leur contentement tout comme les professeurs.  Ici tout le monde met la main  la pâte. On apprend vite aux  enfants à se débrouiller seuls, à prendre leur responsabilité, du sens de  l’autonomie , mieux encore, à savoir prendre la parole en public, à aider son prochain. De la citoyenneté socio-politique  est ainsi mise en avant pour former  l’adulte de demain, pourvu d’une  personnalité affirmée  et des compétences forgées  par des cours souples appuyés d’ateliers des plus intéressants.  Le film donne à voir un modèle d’éducation réinventé grâce à des équipes de professeurs vraiment engagés. La liberté d’être n’est pas un vain mot.De l’émotion enfin, se dégage de ce documentaire qui démontre combien l’école est importante dans  la formation de l’homme de demain. Ces enfants sont surprenants d’intelligence. Kharoubi parvient à capter cette boule d’  innocence  marinée de  maturité . A nous conter cette école d’un autre genre. Une école de la  vie avant tout.