Okacha Touita, réalisateur de « Le droit chemin » 7 décembre 2018

« Je voulais filmer Alger plus de 23 jours de tournage »

Il a présenté jeudi soir, à la salle Ibn Zeydoun en avant première sa dernière fiction « Le droit chemin » à la faveur du 9e FICA. Okacha Touita revient dans cet entretien sur ce drame social qui a beaucoup plu au nombreux public.

Depuis quand vous songez à faire un film dont la toile de fond est la névralgique problématique de la corruption ?

J’ai lu un livre, il y a longtemps de cela, d’un auteur indonésien dont le titre était « Corruption », tout simplement. L’auteur ne parle pas directement des pots de vin, mais il le fait transmettre avec une telle subtilité, de manière subtile et ingénieuse. C’est à partir de là que j’ai commencé à réfléchir à la thématique de la corruption qui a atteint en Algérie des proportions alarmantes, ça a commencé en 1962 et ça va de pire en pis. La corruption est introduite dans le tissu de la société, ce n’est plus des cas isolés, c’est devenu hélas une pratique courante, quotidienne.

Pour le décor, vous avez bien porté à  l’écran la vie quotidienne algéroise et ses alentours. Êtes-vous satisfaits des plans réalisés ?

Malheureusement, je n’ai pas bien filmé la ville d’Alger comme je le voulais. On avait peu de moyens financiers, nous avons tourné seulement pendant 23 jours, c’est très peu pour un long-métrage de fiction dont la durée dépasse une 1h40. Je devais abréger plusieurs scènes malgré moi.

. Le son et l’image étaient irréprochables, ce qui a beaucoup plu au public d’ailleurs. Comment vous avez travaillé avec cette jeune équipe technique ?

Le directeur de la photo n’était pas très sur de lui au début, il avait le potentiel qu’il faut, j’ai déjà travaillé avec lui, c’est un talentueux jeune qu’il apprend bien son métier. Pour l’ingénieur de son, je crois qu’il signe pour la première fois un contrat d’un long-métrage. C’est un professionnel qui aime son métier, il est musicien de surcroît, il a enregistré la musique des ambiances du film en direct, d’autres ingénieurs utilisent plusieurs micro, son efficacité m’a beaucoup aidé.