« Non-Aligned, Scenes of the Labudovic’s Reels », un film documentaire sur le parcours du caméraman serbe Steven Labudovic 7 décembre 2022

Samedi soir, à Alger, a été projeté le film documentaire « Non alignés, scènes des bobines de Labudovic » de la réalisatrice serbe Mila Turajlic, sur Steven Labudovic, le caméraman du leader de l’ex-Yougoslavie, Josip Broz Tito.

Réalisé en 2022 et projeté au 11ème Festival International du Film d’Alger (FICA), ce long métrage retrace la carrière de Labudovic, qui travailla dans une agence de production cinématographique yougoslave et accompagna Tito dans ses voyages à travers le monde et immortalisa ses diverses recueil. les événements politiques qu’il a vécus et les dirigeants qu’il a rencontrés, ce qui lui a valu le surnom de « caméraman de Tito ».

Depuis la capitale serbe, Belgrade, ancienne capitale de la Yougoslavie, le réalisateur se concentre sur la vie professionnelle de Labudovic, alors âgé de 88 ans, qui revient avec nostalgie et enthousiasme sur les différents événements politiques qu’il a couverts en tant que photographe de presse à l’intérieur. et hors de Yougoslavie, la plus importante étant la première conférence du Mouvement des non-alignés (MNA) tenue à Belgrade en 1961.

D’une durée de 104 minutes, le documentaire présente des discussions et des entretiens anciens avec Labudovic, accompagnés de photos et de vidéos d’archives qui illustrent son riche parcours depuis la Conférence de Belgrade en immortalisant l’événement à travers les photos des dirigeants présents au sommet et affichant sa neutralité face aux deux blocs (capitaliste et socialiste) dans le contexte de la guerre froide.

« Unaligned, Labudovic’s Reel Scenes » évoque aussi la guerre de libération nationale. En 1959, le caméraman se rend en Algérie à la demande de Tito et y séjourne trois ans durant lesquels il réalise plusieurs films documentaires sur la lutte du peuple algérien. Il s’agissait alors de « propagande positive » pour la Révolution et « d’une des collaborations les plus importantes contre le colonialisme », a déclaré Labudovic, également surnommé « le caméraman de la Révolution algérienne ».

Pour souligner le lien historique entre la Serbie et l’Algérie, la cinéaste serbe Mila Turajlic s’est rendue en Algérie pour rencontrer un moudjahid qui possédait des photos de Stevan Labudovic sur la guerre de libération.

Elle a également visité le musée Moudjahid d’Alger, où sont exposées certaines des oeuvres du caméraman de la Révolution.

Une exposition du photographe et caméraman Stevan Labudovic a été organisée en 2015 au Palais des Raïs d’Alger dans le cadre des Journées culturelles serbes.

En 2014, un vibrant hommage lui a été rendu par les organisateurs du 5e Festival international du film d’Alger consacré au film dédié.

Stevan Labudovic a immortalisé la lutte des mouvements de libération dans ses œuvres conservées aujourd’hui en Serbie.

Le 11e Festival international du film d’Alger a débuté vendredi avec 60 films au programme dont 25 en compétition.

dzairscoop