Lancement du programme « Hors compétition » Une affiche axée sur l’histoire, la Culture et l’actualité de notre ‘’monde’’ 17 novembre 2019

Prévue sur deux jours, la sélection hors compétition du FICA, met sept documentaires à l’affiche de la salle Ibn Zeydoun. Des films qui abordent des thématiques allant de l’histoire de l’Algérie à l’actualité du monde en passant par le patrimoine culturel musical, avec des titres tels que « Stranger in Paradise », « A message to Obama » traitant respectivement des migrants en Italie, et des camps de réfugiés sahraouis à Tindouf ; ou encore « Nar » et « la décennie noire » abordant tous deux les drames de la société algérienne, ou « Mohamed Bahaz, maalem gnawi » qui revient sur le parcours d’un des maitre de la musique…  

Pour présenter les films au public et animer la sélection ‘’Hors-compétition’’ qui verra également la venue de plusieurs réalisateurs, le FICA a fait appel à un spécialiste du cinéma et de son Histoire. El Hadj Bensalah, réalisateur mais également ancien  directeur de la cinémathèque d’Oran qui avait notamment accueilli en 1985 le tout premier ‘’Festival International du court métrage’’.

Entretien avec le présentateur de la sélection ‘’Hors compétition’’, Monsieur El Hadj Bensalah :

La FICA propose cette année deux journées de  projection en hors compétition. Que dire de cette initiative, qui répond aussi aux attentes du public.

« L’idée d’organiser une telle sélection hors compétition est à mon sens excellente. Ayant été par le passé organisateur de l’un des premiers rendez-vous dédiés au court-métrage, un festival qui durait entre quatre et cinq jours, je me rappelle qu’il y avait toujours une sorte de frustration auprès du public qui n’avait pas pu y assister. En fait, et pour beaucoup de raisons, il est toujours difficile d’organiser une compétition qui se prolongerait plus longtemps que cinq jours. L’ajout d’une catégorie hors compétition est donc un moyen de proposer d’avantage au public, de partager des films qui méritent tout autant que les autres d’être là. Et j’ajouterais que le ‘’hors-compétition’’ est une tradition que l’on retrouve ailleurs ».

A ce titre, que dire de la qualité des films retenus, l’on voit qu’ils sont également récents. Il fallait les montrer au public.

« Bien sûr, mais vous savez, au-delà des critères de chaque rendez-vous dédié au cinéma, le choix de l’affiche finale est toujours une étape très difficile pour les comités de sélection, les jurys. Par ailleurs, il y a aussi un aspect personnel, on pourrait même dire arbitraire à prendre en compte. J’ai souvent vu des films en hors compétition que je trouvais ‘’meilleurs’’ que ceux en compétition, mais encore une fois ce sont des avis personnels ».

 

Justement, vous allez présenter chacun des films à l’affiche, certains en présence de leur réalisateur. On remarque que l’Histoire reste le thème principal.

« Oui. Le public pourra découvrir un total de sept films, des documentaires longs et courts et, en effet, l’Histoire est très présente, nous commencerons avec le travail d’un réalisateur que je connais très bien, Jean Asselmeyer qui, notamment, travaille sur l’Histoire de l’Algérie des pieds noirs… et qui nous proposera aujourd’hui un film documentaire sur l’architecte André Ravéreau. Puis nous aborderons également la question de la torture avec le film d’Abderrahmane Mostefa « Les Enfumades de Dahra »… c’est une sélection d’une grande qualité que j’invite tout le monde à découvrir ».