La Master class du réalisateur et cinéaste André Gazut 5 décembre 2018

       « L’honnêteté doit primer dans tout reportage et documentaire »

Dans la matinée du 5 décembre 2018, le réalisateur et scénariste franco-suisse  André Gazut est venu parler de son métier au Fica en ne manquant pas de donner de précieux conseils  aux jeunes réalisateurs et cinéastes algériens de demain.

Reporter-photographe à l’âge 18 ans, infirmier parachutiste à 20 ans en Algérie, André Gazut entre en 1960 à la Télévision suisse romande. Il a été le caméra man du documentaire Le Chagrin et la pitié de Marcel Ophüls en 1969.  Il réalise «  Un destin : général de Bolladiée » en 1994 et «  Les apprentis sorciers » en 1996. Il est également l’auteur de nombreux reportages pour le magazine suisse Temps présent. En 2002, il signe un poignant  documentaire « Pacification en Algérie » dénonçant la pratique de la torture par l’armée française pendant la guerre d’Algérie.

André Gazut conseille de limiter le commentaire pour montrer une situation donnée.  En sa qualité de réalisateur André Gazut a toujours essayé de travailler le plus possible pour  avoir des images  témoignages et non pas des images prétextes. Il est extrêmement important d’avoir une équipe soudée. Il faut que les cameramen soit en parfaite osmose avec le réalisateur.

Selon  lui, un reportage  se fait sur un événement ou sur une personne alors qu’un documentaire se fait à partir d’une chose avec un regard personnel. Dans le reportage, André Gazut  est le dernier à croire  à l’objectivité.  Car comme il le précise si bien « Nous sommes  tous le produit de  notre culture et de notre âge ».  L’ ’honnêteté et la sensibilité sont deux paramètres importants pour tout journaliste.

Quand on construit un documentaire ou un reportage, il ne faut  pas écraser du  commentaire les reportages. Il faut  le distinguer en fait. Quand  on réalisé un reportage,  il faut se poser une série de questions dont entre autres : Qu’est ce qui est à montrer par l’image ? Qu’est ce qui est à dire par l’image ? Qu’est- ce qui est à dire par l’interview ? Et qu’est ce qui est à dire le commentaire ? Selon le réalisateur, il faut privilégier l’image et se dire qu’il y a des choses qui ne peuvent pas apparaitre dans l’image. C’est par l’interview qu’il faut  le dire.  Quand un potentiel intéressé se lance dans un documentaire ou encore dans  un reportage, il faut qu’il connaisse bien son sujet. Ce dernier est très important.

Toujours selon le réalisateur André Gazut pour ceux qui développent un travail de reportage ou de documentaire, c’est une chance inouïe de vivre  notre monde, d’y réfléchir et de faire réfléchir les autres. Et d’essayer  d’être le plus honnête possible. L’honnêteté dans ce travail, c’est de dire tout car  quand on est empêché de dire quelque chose,  ce n’est plus de l’information, de la mémoire.

Un cameraman doit vivre avec sa  camera car il y a des images qui arrivent sans qu’on le sache. Il faut une vigilance intellectuelle au quotidien.