Impressions de quelques lauréats 10 décembre 2017


Pierre Carl co-auteur de « On revient de loin »

« Un prix qui a du sens »

« On est deux réalisateurs à avoir été primé. Ce qui me plait beaucoup c’est que ce soit un festival du film engagé  par ce qu’on n’affirme pas suffisamment cela en France.  Il n y a pas de festival du film engagé et il faut revendiquer  haut et fort pour qu’il y en ait un comme cela en France. Engagé ne veut pas dire forcément que le public doit penser comme nous  mais ca peut être engagé aussi  pour que le spectateur soit le plus libre possible,  qu’il élève son esprit critique , qu’il aille  à la rencontre d’idées reçues.  J’espère que c’est dans ce sens là que le film  qu’on a réalisé avec Nina Faure  ait été primé, par ce qu’il est temps  de s’engager dans ce sens là. »


Michèle Colléry auteur de Jean Genet, un captif amoureux

« C’est vraiment une surprise » 

«  Je suis ravie le public algérien  ait aimé ce film par ce qu’en France « Un captif amoureux » de Jean Genet est très peu connu. je trouve que c’est une grande reconnaissance  à la fois pour mon film bien sûr  mais aussi pour Jean Genet par ce que j’ai fait ce film pour faire découvrir son dernier livre  « un captif amoureux » qui est  très peu connu  et qui n’a pas été tres valorisé  par les critiques,  quand il est sorti en 1986 , un mois après sa mort. Le fait que le public d’ici, ait aimé ce film par ce que le sujet n’est pas évident  franchement,  je ne m y attendais pas,  c’est une grande surprise et un  grand bonheur. Vraiment ! »


Dmitriy Meshiev auteur de « Battalion »

« Merci au public algérien »

« Je suis  reconnaissant au public  et je remercie le festival de m’avoir invité. Je suis charmé par ce pays  que j’ai vu malheureusement que durant trois jours.  Le pays est grandiose et beau.  En parlant du prix ce qui est l’essentiel  dans le prix du public c’est  que c’est le premier pas dans la rencontre de deux  publics,  de nos deux pays, une rencontre des plus proches. Dans les années 1960 les russes  connaissaient très bien le cinéma algérien  et en Algérie  j’espère que l’on connaissait tres bien le cinéma soviétique à l’époque.  Maintenant, il ya beaucoup de rapport économique et militaire entre nos deux pays  mais les rapports culturels se sont un peu perdus.  J’espère que ce prix constituera  le premier pas vers la consolidation des rapports cultuels entre nos  deux pays. Encore une fois merci au public d’Alger ! »


Mohaned Yakoubi auteur  « Off frame, la révolution jusqu’à la victoire » :

« Nos deux peuples partagent la même passion pour la cause palestinienne »

J’éprouve  sentiment de satisfaction de recevoir un prix en Algérie, en reconnaissance de la valeur du film et de son importance mais aussi  celle de la mémoire éclatée et éparpillée chez nous  en Palestine. Nos peuples partagent la même passion pour la cause  palestinienne depuis toujours et  jusqu’à aujourd’hui. Ce prix c’est aussi une reconnaissance pour  notre patrie Palestine et le cinéma palestinien qu’on essaye de bâtir aussi.