Ils ont dit 5 décembre 2018

A l’issu de la projection du film « Rusty Boys » du Luxembourgeois Andy Bausch, Mardi soir, dans le cadre du festival international du cinéma d’Alger, qui se déroule à la salle Ibn Zeydoun de l’Office Riad-el-Feth, nous avons approché quelques personnalités du 7e art, qui nous ont donné leur avis sur ce film.

Mohamed Yargui, réalisateur algérien

Au début de la manifestation, nous avons eu des films sur le racisme, sur la guerre ou encore sur des combats que tout le monde connait et avec le film Rusty Boys de Andy Bausch, c’est tout à fait autre chose, nous avons assisté à un combat de liberté qu’on nous enlève après un certain âge. Ces personnes âgées on les traite comme des enfants en leur obligeant des choses, alors que ces derniers sont adultes, ils se battent pour une liberté qu’ils ont réussi à avoir à la fin. Le plus beau dans ce film est la solidarité qu’ils ont créé.

Le réalisateur a réussit à traiter un sujet grave en impliquant une certaine comédie noire, tout à fait réussite. Ce problème, nous le trouvons notamment dans les pays européens mais aussi chez nous, car nous avons tendance à inverser la donne en les maternisant et en leurs interdisant certaines choses, comme par exemple on leur enlève tout ce qui peut nuire à leur santé comme le sucre ou autre chose. Même si, on ne les envois pas dans des maisons de retraite, ils se sentent de plus en plus seuls, dans ce film, ces gens qui sont d’une même génération et qui ont les mêmes centres d’intérêts ont trouvé l’idée de se rassembler pour finir leurs vies en beautés sans cette norme sociale qui les mets dans des carcans.

Mourad Yekkour, comédien

J’ai beaucoup aimé le film, nous avons vu une belle histoire menée par un excellent jeu d’acteur. Ce dernier est porteur de beaucoup de messages. En Algérie ce problème est minime, ce n’est pas du tout comme en Europe, vu notre religion, je ne pense pas qu’on arriverait a cet état ou nous serons obligé de placer nos parents dans des maisons de retraite.

Nous avons vécu du début jusqu’à la fin du film, beaucoup de points forts, ces personnes qui se sont rencontré dans une maison de retraite se retrouvent livré à eux même et ensemble ils revivent une vie de jeunesse tout en restant solidaires et souder, ce qu’ils leurs a permit d’arriver à leurs but qui est d’être libre.

Ce n’est pas évident d’écrire un scénario et de faire parvenir un message d’une façon comique d’un sujet aussi dramatique, c’est un pari risqué mais réussi.