« I am not your negro » de Raoul Peck Epoustouflant kaléidoscope historique 4 décembre 2018

« I am not your negro » (Je ne suis pas votre nègre) est un film documentaire francoaméricain. Ecrit, coproduit et réalisé par le réalisateur haïtien Raoul Peck,  le long métrage aborde la question raciale aux Etats-Unis, une question ô combien d’actualité. Ce documentaire se veut un réquisitoire contre le déni de l’Amérique blanche, une Amérique profondément divisée, inégale, brutale.

Le film, qui se déroule notamment pendant la période des meurtres de Medgar EversMalcolm X, et Martin Luther King, retrace la lutte des Noirs américains pour les droits civiques au cours des dernières décennies.

« I am not your negro », un film ayant remporté de nombreuses récompenses, et ayant été nommé aux Oscars 2017 au titre de meilleur documentaire, est un époustouflant kaléidoscope historique. Il constitue une réflexion intime sur la société américaine.

A travers ce film, Raoul Peck fait le tour de la question noire aux États-Unis, raconte l’histoire dramatique de l’esclavage, de l’abolitionnisme, l’histoire sanglante de la lutte des Afro-Américains pour obtenir l’égalité des droits.

Le temps d’un film, le réalisateur a réussi à mettre tout en œuvre pour que le spectateur puisse se mettre à la place d’un Noir qui vit aux États-Unis, face à l’humiliation, aux lynchages, à l’injustice permanente.

Le film, plus qu’essentiel, est bouleversant, violent parce qu’il raconte une histoire violente. C’est aussi un film qui a du caractère. C’est un documentaire fort et en même temps incroyable par l’image et les mots. C’est avec sensibilité et intelligence que le réalisateur épluche les racines de la haine et de la violence aux Etats-Unis.

Raoul Peck a su avec beaucoup de force et d’intelligence faire revivre les mots de James Baldwin, auteur noir américain qui a disparu en 1987 avant d’avoir achevé son projet : raconter dans un livre le récit des vies et des assassinats de ses amis Martin Luther King Jr, Medgar Evers, membre de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) et Malcom X. Car leur mort a traumatisé une génération.

Mais il laisse un manuscrit de trente pages, « Remember this House », que son exécuteur testamentaire confie plus tard à Raoul Peck. Et le documentaire s’organise autour de ce personnage et de son testament.