CINÉMA D’ALGER : L’ÉVOCATION DE CHE GUEVARA 12 janvier 2018

L’ouverture officielle de la huitième édition du Festival international d’Alger sera animée, dès 19h, à la salle El Mouggar, par la projection du documentaire Jean Ziegler, l’optimisme de la volonté de Nicolas Wadimoff.

Une semaine durant, le cinéphile pourra apprécier dix documentaires dont Jean Ziegler, l’optimisme de la volonté (hors compétition), dix longs métrages fiction et six courts métrages aux salles El Mouggar et de la Cinémathèque nationale. 

Lors de leur conférence de presse, ce mardi à Alger, la commissaire du festival, Mme ZehiraYahi, et M. Ahmed Bedjaoui, critique de cinéma et membre du comité d’organisation, ont exposé les différents volets du programme de cette huitième édition et abordé des sujets relatifs au déroulement de leur festival.

Festival qui, consacré au cinéma engagé, sinon aux films traitant de causes politiques et de questions sociales, sera inauguré par le documentaire de Nicolas Wadimoff. Sorti cette année, cette nouvelle œuvre nous rappelle que l’écrivain, sociologue et homme politique Jean Ziegler a reçu l’ordre, en 1964, de Ernesto Che Guevara de combattre « le Monstre capitaliste ».

Rapporteur spécial de la Commission des droits de l’homme de l’ONU pour le droit à l’alimentation, chevalier des arts et des lettres depuis 1994, professeur à l’université, Jean Ziegler est auteur de plusieurs ouvrages.

Dans ledit documentaire, coécrit par le réalisateur et Emmanuel Gétaz, il est démontré que les livres de l’ex-collaborateur de Kofi Annan sont des manifestes pour l’intelligentsia de gauche. Au Conseil des Droits de l’Homme, J. Ziegler combat les « fonds vautours », nouvel avatar du « Monstre ». Il retourne à Cuba, matrice des forces anticapitalistes à ses yeux.

La visite devient un dialogue entre réalité et symbolisme, confrontant sa pensée avec le destin de Cuba. Quel futur pour l’anticapitalisme ? Ziegler fait-il partie des vainqueurs ou des perdants, face au « Monstre » ? Il poursuit son combat aujourd’hui au sein de l’ONU, honorant ainsi sa promesse au Che.

  1. Jean Ziegler ne pourra pas honorer le festival de sa présence, car retenu par ses fonctions et activités. En revanche, les professionnels du cinéma et toute personne intéressée pourront rencontrer d’autres personnalités, Jean-Claude Carrière, entre autres.

Ce dernier animera une conférence sur les mystères de l’écriture du scénario. Ecrivain, dramaturge, acteur et réalisateur, il est également scénariste, une référence mondiale en la matière. Aussi, deux tables rondes seront accessibles au public.

L’une sur Le traitement de l’Histoire contemporaine dans l’écriture filmique avec le professeur David Murphy, auteur d’articles et de livres sur le cinéma algérien, Cheikh Oumar Sissoko, réalisateur et secrétaire général de la Fepaci, l’historien Fouad Soufi, la réalisatrice Naïs Van Laer et Ahmed Rachedi le réalisateur.

Et l’autre sur Frantz Fanon l’Algérien : peaux noires, écrans blancs avec la professeure de cinéma Manthia Diawara, Olivier le fils de Frantz Fanon, l’auteur et cinéaste Mehdi Lallaoui et le cinéaste Abdenour Zahzah.

Le public assistera aussi aux hommages qui seront rendus à Rachid Bouchareb pour l’ensemble de son œuvre, à Youcef Bouchouchi, Mahmoud Zemmouri, Mohamed Bouamari, Jean Ziegler et StevanLabudovic.

Consulter : ficinema.dz

l’indépendant