Amina Bedjaoui Haddad, productrice du court-métrage « Je te promets » 5 décembre 2017

« Le cinéma est une affaire d’engagement personnelle et collective »

Projeté dans le cadre de fenêtre réservée par le 8e FICA au court-métrage, Mohamed Yargui a signé une œuvre poignante où nostalgie, fidélité et promesses se croisent dans une passionnante histoire intitulé « Je te promets » d’une durée de 17 minutes.

Portant à l’écran sa ville avec beaucoup d’affection, Bejaia est un personnage à part entière du film, qui relate le retour d’Alili à son village natale, et qui est frappé de plein fouet par son passé, ses souvenirs d’enfance, et notamment celle de sa sœur Baya.

Il lui a promis de l’emmener au mont de Yema Gouraya pour qu’elle puisse faire ses études et voir la maison familiale de l’autre coté de la montagne avec comme  témoin la mirifique baie de la capitale des Hammadites, Baya a du rester au village, faute de moyens financier, en demandant à Alili d’étudier pour elle aussi. Il retourne au village pour assister aux obsèques de Baya dans une scène en apothéose très émotive.

Rencontré après la projection de cette œuvre ayant beaucoup plu au public, la productrice Amine Bedjaoui Haddad revient sur le coup de cœur de la naissance de ce projet. « C’est un sujet universel, et en même temps, le traitement que lui a accordé le réalisateur est authentique. On sentait qu’il voulait mettre beaucoup de choses qui représentent son environnement, sa ville, que c’était dédié à la topographie de Bejaia, à ses particularités culturelles, cultuelles, aux voix à travers beaucoup de polyphonies, des textes d’Achewik… J’ai trouvé toute cette composante intéressante et puis je m’intéressais de travailler avec ce jeune et talentueux réalisateur », a-t-elle souligné. Réussi à merveille sur le plan esthétique, « Je te promets » véhicule des messages d’engagements entre Baya et Alili, notamment, les promesses de leurs fraternité, pour Amine Bedjaoui Haddad, le cinéma est une affaire d’engagement personnelle et collective : « Véhiculer un message revêt d’une forme d’engagement, être fidele à son idée de départ est une forme d’engagement, soutenir un projet à partir de quelque pages est une forme d’engagement, aller le défendre partout c’est aussi un engagement, je pense que le cinéma est une affaire d’engagement personnelle et collective. Je pense que dans l’époque dans laquelle on vit, l’engagement réside dans chacune de nos actions pour exister et bien exister », a-t-elle fait savoir.