Conférence de presse de Zahira Yahi, commissaire du festival international du cinéma d’Alger 10 décembre 2015

conference-presse-fica2015

L’édition de la diversité et de l’authenticité

Le cinéma engagé dans sa dimension universelle est au rendez-vous dans la capitale algérienne du 12 au 19 décembre 2015 à la faveur de la sixième édition du festival international du film d’Alger qui se tient à la salle El Mouggar et à la cinémathèque d’Alger

Lors d’une conférence de presse animée mardi par la commissaire de la manifestation Mme Zahira Yahi aux cotés des membres de son commissariat dont Karim Ait Oumeziane et Mohamed Bedjaoui, les grandes lignes du festival ont été dévoilées à la corporation journalistique.

Au programme de la 6e édition du festival qui retrouve son fidele public, vingt films, dont dix neuf en compétition officielle avec dix documentaires et neuf longs métrages de fiction feront le bonheur des passionnés du septième art. Pour ce qui est de la participation algérienne, deux films seront projetés représentant différentes générations de cinéastes. En effet, le grand Okacha Touita nous présente « Opération Maillot » dont les péripéties relatent la rébellion du militant français Henri Maillot et son engagement pour la cause algérienne, quant au second, il s’agit du documentaire « Fi rassi rond-point » du jeune réalisateur Hassan Ferhani.

Place aux hommages, la commissaire a précisé que de nombreuses personnalités ayant contribué au développement du cinéma algérien seront honorés à l’exemple du feu Maamar Mokrane, Malik Ait Oudia ainsi que le cinéaste bulgare Christo Ganev qui a immortalisé les scènes de liesse de l’indépendance algérienne, et qui a filmé également le maquis aux cotés de l’Armée de Libération Nationale dont un film intitulé « La fête en espoir » serait prochainement projeté.

Au sujet des critères de choix des films faisant partie de la compétition, Zahira Yahi a précisé qu’après avoir visionné pas moins de 60 films, « Ce sont les films qui se sont distingués par leur authenticité, humanisme, qualité et intelligence » qui ont été choisis.

Un seul film serait projeté en hors compétition, et ce, lors de la soirée de clôture du festival. Il s’agit du film « Demain » de Cyril Dion et Mélanie Laurent. «  Nous avons programmé le film « Demain » en hors compétition pour la simple raison que son niveau technique et artistique est légèrement au dessous des autres films. Cela dit, le film dégage un optimisme légendaire dont nous avons besoin en cette période difficile de l’humanité », a souligné la commissaire.

Par ailleurs, et au sujet de la politique d’austérité et des propos du ministre de la culture pour réduire le nombre de festival et les modalités de leur organisation,  Zahira Yahi a avoué qu’il est toujours possible de « réduire les dépenses d’un festival sans devoir l’annuler », elle ajoute sur sa lancée qu’il n’y a pas assez d’activités cinématographiques au niveau de la capitale.

De son coté, Mohamed Bedjaoui, auteur et chercheur dans l’histoire du cinéma a précisé que l’engagement au septième art a pris une autre tournure avec l’émergence de jeunes réalisateurs et réalisatrices. «  Parmi la sélection de film que propose le festival, on trouve des femmes cinéastes, de jeunes cinéastes qui nous font part d’authentiques histoires humaine comme c’est le cas entre autres en Ethiopie, au Madagascar et en Colombie. Les thématiques abordées ne sont pas purement politiques, mais aussi sociales, écologiques et humaines », a-t-il fait savoir.

Il y a lieu de noter que le président du jury de la catégorie « Long métrage de fiction » est le réalisateur Belkacem Hadjadj, quant à la catégorie « film documentaire », c’est Mehdi Maàlaoui qui présidera un jury constitué de plusieurs hommes et femmes de cinéma.  Le festival propose une rediffusion des films à la cinémathèque d’Alger, et ce