Le jury du Fica plaide pour la consolidation des libertés fondamentales 19 décembre 2014

JuryFICA

Les membres des jurys des deux catégories du 5e Festival international du cinéma d’Alger (Fica) dédié au film engagé, ont exprimé, lors de la cérémonie de clôture tenue jeudi soir à la salle El Mouggar, leur engagement pour défendre la liberté d’expression et la liberté de création en Algérie et ailleurs.

Représentés par le cinéaste vietnamien Lim-Lê Nicolas, les membres du jury ont rendu public une déclaration commune afin que l’engagement prenne tout son sens à l’occasion du Fica qui y est dédié et pour que ce terme «engagement » sorte des slogans.

Estimant que la liberté, l’amour et la tolérance restent les piliers principaux d’une société moderne et qui va de l’avant, les membres du jury du 5e Fica ont tenu à manifester leur solidarité avec le romancier et chroniqueur algérien Kamel Daoud qui a récemment reçu des menaces de morts d’extrémistes religieux.

Ce genre d’agissement représentent aux yeux des cinéastes quoi ont signé cette déclaration, de graves dérives et une atteinte claire aux libertés fondamentales et à la liberté de création si chère au cinéma et monde des arts.

Dans ce sens les signataires ont exprimé leur engagement inconditionnel à la défense de ses libertés et à la consécration de la liberté d’expression et de la liberté de création pour les artistes et pour la société civile Algérienne.

Devant la recrudescence des atteintes à la liberté d’expression et de création des artistes et militants algériens, les membres du jury ont affirmé leur appui au combat de la société civile pour créer un environnement régis par la tolérance, la liberté, l’égalité et l’amour qui constituent les fondamentaux d’un société moderne.

Les membres du jury ont jugé que la tribune offerte par le Fica était l’endroit idéale pour que l’engagement se concrétise.